Accueil / Patrimoine / L’Isle-Jourdain et son patrimoine

L’Isle-Jourdain et son patrimoine

Retour dans l'histoire

L’Isle-Jourdain tel que vous le voyez aujourd’hui existe depuis 8 ou 9 siècles. Mais le peuplement de notre Région est bien antérieur à cela.

Les recherches de notre groupe de recherches archéologiques attestent la présence des hommes préhistoriques (outils de pierre taillée et de pierre polie).

Il y eut ensuite les Gaulois, mais ils ne nous ont rien laissé. Lors de la conquête romaine notre cité devient gîte d’étape sur la route de Bordeaux à Jérusalem. Notre cité fût nommée Buconis c’est à dire pays qui avoisine les grands bois. La forêt que vous voyez quand vous allez sur Toulouse s’appelle toujours Bouconne (227 ha sur la commune de L’Isle-Jourdain).

islejourdain

Les invasions barbares ne nous ont laissé de cette civilisation gallo-romaine florissante et raffinée que des fragments de poterie, des bouts de tuiles et des tessons que l’on retrouve dans les champs.

Au XI e siècle, c’est l’arrivée de la féodalité. Notre cité a été pendant trois siècles et demi le siège d’une puissante famille seigneuriale : les comtes de Toulouse.
Dans les années 1 000, un château fort puis une cité nouvelle se sont construits entourés d’une enceinte de murailles et fossés. C’était L’Isle.
Et lorsque Raymond de L’Isle partit à la 1ère croisade sous la bannière de Raymond IV de Saint Gilles comte de Toulouse, son épouse lui donna un fils en Palestine. Cet enfant fut baptisé dans les eaux du fleuve Jourdain et reçut comme prénom Jourdain. Plus tard, il donna son nom à la cité qui devint L’Isle-Jourdain.

Cette illustre famille a donné :
- des évêques : Saint Bertrand de L’Isle, évêque de Comminges, qui donnera son nom à Saint Bertrand du Comminges
- des hommes d’armes : l’un d’eux fut vice-roi de Sicile et un autre lieutenant de Du Guesclin.

En 1405, le dernier seigneur qui n’avait pas de descendants se résigna à vendre son comté à son voisin le comte d’Armagnac, qui fit de L’Isle sa résidence préférée. Puis par diverses alliances et successions, L’Isle devint propriété d’Henri-de-Navarre, le futur Henri IV qui la réunit à la couronne à son avènement.

Mais malheureusement avant cela, notre petite ville eut à souffrir des guerres de religion (son seigneur était chef des protestants). Son église fut démolie et reconstruite 3 fois en 8 ans. Plus tard en 1621, Richelieu ordonna la démolition du château fort et des murailles et fit combler les fossés. Bien plus tard, en 1789, à la Révolution française, L’Isle-Jourdain lors d’une insurrection royaliste, subira une féroce répression. A la fin du XVIIIe siècle, on construit la route royale, c’est l’intendant d’Etigny qui la fit.

Au XIXe siècle, on construisit l’Hôtel de Ville et la halle. L’Isle-Jourdain était un centre naturel important de commerce agricole : blé en particulier. Peu d’industries mais de la polyculture qui dès la deuxième moitié du XXe siècle se spécialisera dans les céréales et les oléagineux (tournesol, soja, colza, lin) au détriment de la vigne et de l’élevage.

Doc : Communes du département du Gers, arrondissement d’Auch Société Archéologique et Historique du Gers.

Station Verte

Nos actualités

Suivez nous

Retrouvez nous sur notre page Facebook

A vos agendas

Labels et classifications

  • office de tourisme classé
  • label tourisle et handicap
  • petit d'artagnan
  • terra gers

Météo à l'Isle Jourdain

Météo L'Isle-Jourdain © meteocity.com